Interview d’Alain Farine, qui vient de prendre la direction de l’Agence régionale de développement économique d’Auvergne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interview d’Alain Farine, qui vient de prendre la direction de l’Agence régionale de développement économique d’Auvergne.

Message  Quentin le Mer 2 Déc - 10:39

Agence de développement économique : un outil de coordination

Prospecter pour accueillir de nouvelles entreprises en Auvergne, aider les entreprises locales à exporter, ou encore coordonner l’accueil des porteurs de projets font partie des missions premières de l’équipe de l’Agence régionale de développement économique d’Auvergne. Rencontre avec son nouveau directeur, Alain Farine.<------>En quelques mots, qu’est-ce que l’ARDE ?
L’Agence régionale de développement économique (ARDE), est une agence qui a été créée en 1984 sous forme d’association, et qui regroupe l’ensemble des acteurs économique de la région Auvergne. C’est une association qui a, justement, pour rôle de travailler dans le domaine économique, elle est composée d’une trentaine de partenaires qui sont des entreprises, des élus, des structures telles que les Comités d’expansion économique et des représentants des communautés d’agglomération. Le président en est Jacques-Bernard Magner, qui est aussi vice-président du Conseil régional d’Auvergne, chargé des déplacements, du développement économique et de l’économie sociale et solidaire.

À nouveau directeur, nouvelles orientations ?
L’ARDE se focalisera toujours sur la prospection. Il s’agit aussi bien de faire venir des entreprises étrangères pour qu’elles s’implantent en Auvergne (rappelons que l’une des idées fortes, en Auvergne, est d’éviter la perte de population, par l’emploi), que d’aider les entreprises auvergnates à exporter, par l’intermédiaire des volontaires internationaux en entreprise (VIE).
Parmi les nouveautés, pour l’ARDE, il y a la mise en place de clusters d’excellence. À l’heure actuelle, un cahier des charges a été monté par les services de la Région : nous serons le maître d’œuvre dans cette affaire. Les clusters, il en existe déjà. L’idée est de rassembler des entreprises, des universitaires, des laboratoires, pour les mettre autour d’une table et de les faire travailler ensemble pour faire de l’innovation et de la recherche.
Une autre mission de l’ARDE est une mission de coordination : l’objectif étant que, lorsque nous accueillons un porteur de projet, il puisse rencontrer une seule et même personne. Nous voulons coordonner les actions au niveau de l’Auvergne. Enfin, nous devons apporter à l’Auvergne une intelligence économique pour les entreprises, c’est une volonté du président Magner et du président de la Région René Souchon. Pour une entreprise, l’enjeu est de voir ce qui se fait ailleurs, et dans quelles directions elle doit produire. D’ici la fin de l’année, et en accord avec le conseil d’administration, il est prévu de signer une convention avec l’ADIT, la Société nationale d’intelligence économique. Elle a pour but d’aider les entreprises, notamment celles qui sont en cluster, de leur apporter une veille économique : voir ce qu’il se passe chez leurs voisins et leur proposer des directions économiques.

Quelle actualité pour les regroupements d’entreprises ?
Le Conseil régional a décidé de lancer un appel à projets intitulé « clusters d’excellence », dès le début du mois d’octobre. Les regroupements d’entreprises auront deux mois pour répondre, c’est l’ARDE qui sera le maître d’œuvre de ce projet.

Quelles ambitions recouvre la notion d’aide à l’international ?
Deux choses dans l’international : la première, c’est de faire venir des entreprises, qu’elles soient nationales ou internationales, en Auvergne. Nous avons par exemple des conventions avec l’AFII, l’Agence française pour les investissements internationaux. L’AFII est chargée de centraliser toutes les demandes internationales. Toutes les semaines, nous avons une relation téléphonique : nous nous positionnons sur tel ou tel secteur, ou à propos de telle ou telle entreprise dont la venue peut être intéressante pour le développement de l’Auvergne, et qui rentrerait bien dans le cadre de notre schéma régional de développement économique.
Enfin, nous nous efforçons d’aider les entreprises auvergnates à exporter. Parce qu’il y a un vrai savoir-faire en Auvergne, il y a de vrais bons produits, mais la difficulté, du fait de la spécialisation des entreprises, c’est aussi d’apprendre à exporter et à vendre la production auvergnate. Pour cela l’ARDE met, par exemple, à disposition des VIE : les volontaires internationaux en entreprises. Nous en avons à l’heure actuelle cinq, en Auvergne : un aux Etats-Unis, en Chine, en Espagne, en Allemagne et en Angleterre.

Enfin, on peut évoquer la présence sur des salons nationaux et internationaux…
L’une des actions premières de l’ARDE est effectivement d’être présente sur des salons. Un exemple précis : au mois d’octobre (du 10 au 14 octobre), il y aura le salon de l’agroalimentaire Anuga à Cologne. Cinq entreprises auvergnates seront présentes d’une façon permanente sur le stand que nous mettrons à disposition. Mais nous aurons aussi une dizaine d’entreprises, notamment cantaliennes, qui viendront voir comment se passe ce salon. Toute la logistique est organisée par l’ARDE.
Un autre exemple, car cela peut être aussi des salons organisés en France : le salon Nutravita (organisé à Vichy du 23 au 25 octobre). Nous allons y faire venir des donneurs d’ordre, en collaboration avec nos partenaires qui aident les entreprises auvergnates. Je réagis >

Lien : http://www.auvergne.eu/agence-de-developpement-economique-un-outil-de.html

Quentin

Messages : 84
Date d'inscription : 18/11/2009
Age : 29
Localisation : Clermont

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum